Creabeton Creabeton
FR

Technologie 3D

LA CONSTRUCTION DE DEMAIN SUR LE BANC D’ESSAI


Aude Chabrelie et son équipe sont en train de développer avec succès un procédé d’impression 3D de béton. Cette technique sera bientôt utilisée pour la première fois sur un chantier: un objet sera imprimé à partir de matières premières locales (ciment, sable et gravier) fournies par les entreprises Vigier.

Depuis quelques années, les documentations sur des objets en béton et des immeubles entiers fabriqués avec une imprimante 3D s’accumulent. Aude Chabrelie, responsable Technologie et innovation de Creabeton Matériaux SA, tempère cette euphorie: «Toutes les promesses ne sont pas encore concrétisées. Et cela ne favorise pas la confiance en cette technologie.» Cette Française de 35 ans, titulaire d’un doctorat et d’un master en génie des matériaux, croit toutefois en ce nouveau procédé de fabrication. Depuis quelques mois, elle mène des essais avec les spécialistes des technologies numériques et des technologies du béton de son équipe sur la première imprimante 3D de l’entreprise. En l’occurrence, un robot fabrique des objets en béton sans recourir à aucun coffrage.

Test couronné de succès

Une production en série ne peut être pertinente que si l’on est en mesure de satisfaire à ses propres exigences en matière de qualité et de rentabilité du procédé, précise Aude Chabrelie et ajoute: «Par le biais des projets actuels, nous souhaitons déterminer les applications les plus appropriées de ce procédé.» Un simple regard dans l’atelier spécialement aménagé pour les tests suffit pour se convaincre que l’avenir de la fabrication d’objets en béton a déjà commencé. En à peine une heure, l’imprimante 3D construit une cuve en béton stable et d’une forme régulière. Le robot industriel à 6 axes utilise pour ce faire un béton simple de granulométrie fine.

Collaboration avec les entreprises de construction

Chacun des essais permet d’acquérir de nouvelles connaissances. Il faut encore optimiser certains détails et clarifier des questions telles que: quel béton peut être travaillé de manière optimale avec quels agrégats et quelle buse? Outre les aspects techniques, le projet se consacre également aux questions liées au marché et aux besoins des clients. C’est pourquoi, Creabeton Matériaux collabore déjà avec des entreprises de construction pour pouvoir le plus rapidement possible tester une application «réelle» de cette nouvelle technologie. Aude Chabrelie est convaincue du potentiel de la fabrication automatisée et sans coffrage d’objets en béton. «Le principal avantage réside dans l’intégration de la production dans la chaîne numérique. L’objectif est que le client puisse télécharger le fichier CAO d’un objet qu’il a conçu lui-même et que notre robot utilise ces données pour fabriquer le produit sur mesure en un minimum de temps dans notre usine ou directement sur le chantier.»